Vêtements de seconde main

friperies

On peut tout trouver en seconde main : électroménagers, ustensiles de cuisine, meubles … Mais avez-vous déjà pensé acheter vos vêtements en seconde main ?

Voici une liste non exhaustive de magasins proposant un large choix d’habits d’occasion, tant pour les femmes que pour les hommes, et même pour les enfants !

Toute la Belgique

Bruxelles

Wallonie

Votre magasin préféré ne s’y retrouve pas ? Complétez ce formulaire.

 

Vive la rentrée zéro déchet, ou presque …

larentréescolaireC’est la rentrée et je me sens stressée comme à chaque fois ou presque. Toutefois, cette année sera différente des autres parce que je suis armée comme une Warrior. Je balaye de la main les slogans publicitaires des grandes surfaces, je découpe en petits morceaux les promotions 3 + 1 gratuit ! Cette année scolaire sera zéro déchet ou ne sera pas.

Comme à chaque fois, nous avons reçu la liste à rallonge des fournitures scolaires nécessaires pour nos filles. Pourtant, depuis plusieurs années, les profs limitent cette liste au maximum et ne mentionnent plus spécifiquement qu’il faut telle ou telle marque de produit. De quoi décrisper un peu les parents. Reste qu’arriver à réduire à zéro ses déchets dans un tel contexte devient presque le parcours du combattant.

Mais comment faire alors ?

Les fournitures

Ça passe d’abord par une sensibilisation de l’enfant sur l’importance de respecter et de faire attention à ses affaires. Mes filles ont bien conscience de la valeur des articles scolaires qu’elles ont. Elles en prennent donc soin et veillent à ne pas les perdre. Elles savent qu’on ne les rachètera pas chaque année. C’est autant de déchets non générés. Pour nos supers héros du zéro déchet, c’est devenu leur mission de tous les jours !

Si je dois remplacer des articles abîmés, je privilégie avant tout le seconde main. Les magasins comme Les Petits Riens ou Oxfam disposent souvent d’un rayon d’articles scolaires où l’on peut faire de superbes découvertes. J’ai aussi un petit stock de fardes, pochettes, crayons et stylos billes dans mon grenier. Il s’agit d’articles que j’ai amassé avec le temps et que j’écoule petit à petit ou d’articles que j’ai reçu ci et là d’amis qui ne savaient plus qu’en faire.

Quand je ne peux trouver les articles recherchés en seconde main, je me tourne alors vers des fournitures neuves de qualité, durables et non toxiques, comme une latte en métal ou en bois, des crayons surligneurs fluos… Ça coûte un peu plus cher mais c’est parfois le prix à payer pour protéger la santé de nos enfants.

A l’école de nos filles, depuis quelques années, un achat groupé de fournitures s’est mis en place grâce à l’association des parents. C’est tout bénéfice pour le portefeuille (on bénéficie d’un prix de groupe), on gagne du temps (plus besoin de faire les magasins, on est livré à l’école à une date donnée) et on limite sérieusement les déchets (on reçoit les articles à l’unité car ils ont été achetés en grande quantité). Et cerise sur la gâteau, il y a même des fournitures « vertes » dans les choix possibles 🙂

Dans certaines librairies-papeteries, vous pouvez aussi acheter des articles à l’unité sans emballage. Vous soutenez ainsi un commerce local et vous disposerez certainement de meilleurs conseils que dans un supermarché.

Le cartable

Là encore, nous privilégions le seconde main. Le site 2ememain.be en propose une belle variété. Par contre, il faut s’attendre à avoir des prix plus élevés et plus de concurrence si vous effectuez votre recherche en pleine rentrée scolaire. Attendez peut-être un peu que la cohue soit passée ou soyez proactif.

Nos cartables sont de la marque Kipling car cette marque offre un bon service après vente. En plus, c’est belge ! Tout dernièrement, une des tirettes du cartable d’Una s’était cassée. Soit le cartable est encore en garantie, soit Kipling peut le réparer. Dans ce cas-ci, ça nous a coûté une quinzaine d’euros et un peu de patience. Il est maintenant comme neuf. De plus, ces cartables sont lavables en machine et sont très résistants pour durer plusieurs années.

Eastpak dispose également d’un service après-vente et d’une garantie standard de 30 ans sur tous les produits classiques. Il est aussi possible de les faire réparer.

Les livres scolaires

Du seconde main à nouveau ! Je vais chez Pèle-Mèle ou dans les librairies d’occasion. Je réutilise de vieux dictionnaires (en plus, ça coûte une brique un dico neuf  !). Ou alors, on demande aux amis qui ont de grands enfants pour racheter (ou recevoir) les livres scolaires dont ils n’ont plus besoin.

Les collations et lunchs

Nos filles disposent d’un petit set pour leurs collations et lunchs : gourde en inox, boîtes à tartines, à fruit et à collations. Certains jours, elles mangent à la cantine et d’autres elles prennent un dîner-tartines maison. Elles n’ont plus que des collations maison et des fruits bio pour  leur 10h et 4h. Vive la collation saine ! Pour plus d’idées, vous pouvez lire également mon autre article sur ce sujet.

Je recouvre, je recouvre, et je m’éneeeerve !

Aaaah, l’autre stress de la rentrée qui génère en moi des bouffées de chaleur est sans conteste quand mes filles rentrent de l’école et m’annoncent “Maman, y a des livres et des cahiers à recouvrir et ça doit être fait pour demaaaaaain”.

Je suis au bord de la crise de nerfs car jamais oh grand jamais je n’arrive à recouvrir ces cahiers et livres avec ce recouvre livre autocollant. Y a des bulles, y a des griffes et puis j’arrive même plus à le décoller …. aaaarghh.

Ça tombe bien, j’en ai plus, je vais donc me lancer dans des solutions plus originales comme des couvre-livres :

  • en tissu : réutilisable, lavable et surtout jolis ;
  • en sac en papier, pour l’esprit récup’ ;
  • en papier kraft sur lequel vous pourrez laisser libre cours à votre créativité. Et après, hop, ça se recycle ;
  • en vieilles cartes routières, pour voyager toute l’année et réviser sa géographie.

Pour une classe zéro déchet

Nous avons la chance d’avoir nos filles dans une école où l’écologie, l’environnement et la santé de nos enfants comptent. Où les professeurs mettent en place des actions pour sensibiliser les enfants (et les parents ;)) à limiter leurs déchets.

Si ça n’est pas le cas de la vôtre, sachez qu’un ensemble de projets peuvent accompagner les écoles pour s’engager dans une démarche plus durable. Bruxelles Environnement propose des programmes gratuits au travers du « réseau des écoles en action pour l’environnement« . En région wallonne, il s’agit de la campagne Ecoles en développement durable. Il existe aussi le programme « GoodPlanet » qui propose plein de chouettes challenges scolaires dont la journée Gros Pull, Croque Local, Zéro déchet…

N’hésitez pas à en parler avec le professeur de votre enfant. Il est fort à parier qu’en expliquant votre démarche zéro déchet et en proposant différentes idées et solutions (chacun sa gourde, collation saine …), vous créerez un intérêt auprès de celui-ci, et pourquoi pas, auprès de toute l’école. L’association de parents peut aussi être une bonne porte d’entrée pour lancer des actions concrètes.

Ecoconso a édité un dossier spécial sur la rentrée scolaire et comment la rendre plus durable. De quoi vous donner des idées complémentaires pour une rentrée scolaire plus légère !

En boîtes, les collations et le lunch !

boitealunch

Vu nos plannings forts chargés de parents, il ne paraît pas toujours facile d’offrir des collations saines et zéro déchet à nos enfants. Il est vrai que le fait d’acheter des collations toutes prêtes en grandes surfaces peut sembler plus facile dans l’organisation familiale.  En outre, avec les rythmes effrénée de nos vies surbookées, il n’est pas non plus aisé de manger un lunch sain quand on est au travail.

Je vais vous prouver le contraire : accrochez vous !

Est-il réellement nécessaire de rappeler la quantité de pesticides et de saletés de produits qui se retrouvent dans ces collations hyper sucrées et sur-emballées ? Suffisamment d’études ont pu démontrer les dérèglements endocriniens que ces produits industriels causent à l’homme, et plus particulièrement à nos jolies têtes blondes – ou brunes ou vertes ;)). Infertilité, cancers, maladies chroniques … et j’en passe. Il est vrai que quand on mange ça depuis des années, on n’imagine pas tout de suite les conséquences sur notre santé plus tard. Et les lobbys des grandes marques ont les moyens de nous faire croire n’importe quoi ! Sans parler que ça devient une réelle bombe quand on cumule plusieurs ingrédients, merci à l’effet cocktail ! A ça, on peut également ajouter la recrudescence de l’obésité dans notre société. Et malheureusement dès le plus jeune âge !

Je vous invite d’ailleurs à lire cet article très intéressant sur les perturbateurs endocriniens, rédigé par L’ASEF. Éloquent et interpellant !

Et cerise sur le gâteau, n’oublions pas l’huile de palme et ses conséquences dramatiques sur les forêts et sur les animaux, et plus particulièrement les orang-outan, qui perdent leur habitation et leur vie avant une agonie atroce ! Une image difficile à (vouloir) imaginer et pourtant,  c’est la réalité !

En changeant de mode de vie, on a réellement dit STOP à cette malbouffe et au contact avec ces substances non identifiées. Déjà, ce n’était plus possible de les consommer car tous ces produits sont emballés, voire sur-emballés. Ha ben voui, il faut les mettre dans des poches hermétiques pour que ca reste moelleux, il faut les protéger des coups, il faut que la marque soit bien visibles, etc. Mais on oublie de dire que certaines substances toxiques (phtalates, PCB, bpa par ex.) de ces emballages migrent vers les aliments, qu’ils sont normalement supposés protéger. Un peu le serpent qui se mord la queue, non !? Vous ne me croyez toujours pas ? Lisez donc cet article !

Ouf, nous sommes aujourd’hui bien loin de tout cela. N’en déplaise à l’estomac de nos demoiselles.

Oui mais vous me direz, s’ils mettent un emballage autour des collations,  “c’est avant tout pour mieux les transporter, mon enfant”. C’est vrai mais grâce à des alternatives zéro déchet et avec un kit de base, vous deviendrez vous-même l’expert(e) de l’emballage des collations de la famille. Plus besoin de l’aide de l’industrie.

Les contenants à l’école

Mes filles disposent de plusieurs boîtes dans leur cartable :

  • Une boite pour la collation de 10h : pomme, banane, carottes, concombres. Le fruit ou le légume du matin
  • Une boîte à tartines : pour les jours où elles ne mangent pas au dîner chaud. On y met des tartines, un sandwich garni, quelques crudités,  des noix (cajou, noisettes…)
  • Une boîte à collation pour le 4h avec des biscuits maisons: cookies, cake, madeleines, etc. Je m’amuse à varier les plaisirs ! Quelques idées par ici !
  • Une petite boite avec des céréales achetées en vrac
  • Une gourde avec de l’eau du robinet

Certaines de leurs boîtes sont encore en plastique mais sans bpa. Elles ont assez mal vécu et arrivent donc à leur fin. Je vais prochainement investir dans des boîtes en inox (acier 18/8). Elles ont déjà la gourde en inox, et c’est réellement magique !

Les contenants au bureau

À mon niveau, je ne me sépare plus de certains objets pour aller travailler. J’ai donc dans mon cabas :

  • ma gourde en inox que je remplis plusieurs fois au robinet du bureau
  • ma boîte à noix pour couper mes petites envies. J’y mets aussi des fruits secs : abricots, figues, dattes…
  • un thermos inox pour y mettre ma soupe. J’ai la chance que mon employeur offre la soupe du midi. Je descends donc au -1 avec mon thermos pour le remplir. C’est parfait pour accompagner mon repas du midi.
  • Je ne mange que très rarement au restaurant d’entreprise.  Je préfère manger mes tartines que j’aurai préalablement mis dans une boîte ou dans mon boc’n’roll. Il m’arrive aussi de me faire des salades ou de prendre les restes de la veille.
  • une boite pour mon yaourt ou pour une collation saine (fruit ou légume)

Où trouver des contenants

Lorsque nous avons décidé de nous lancer le défi du zéro déchet, nous ne voulions pas tout jeter et repartir de zéro.  On continue donc à utiliser des contenants en plastique mais on les évacue petit à petit, à fur et à mesure qu’ils se dégradent  (ils finissent au recyclage ou on les garde pour du bricolage : peintures, etc.).

Voici les alternatives que nous utilisons pour remplacer nos anciens contenants :

  • Boîtes en plastique sans bpa : on en trouve de plus en plus dans les magasins bio. J’aime beaucoup la marque Preserve. On les trouve par ex. chez Bio Planet ou chez Sebio.  
  • Boîte en inox : les références sont sans conteste le site sans-bpa et Sebio. On y trouve vraiment beaucoup de choix.  L’idéal est de faire une commande groupée avec d’autres personnes pour limiter les frais de port et surtout pour rationaliser au mieux l’envoi. Sinon, attendez un peu pour commander suffisamment de choses en une fois. Je trouve que les boites ou gourdes en inox sont vraiment jolies et les aliments/eau restent toujours frais.
  • Boc’n’roll ou pochettes à lunch : késako ??? Il s’agit d’un emballage réutilisable pour le lunch. Il s’adapte à toutes les formes de sandwichs et il sert également de set de table individuel. Il s’emmène partout, au travail, à l’école, pour toutes les sorties. Pour nos voyages en vélo,  c’est notre pote quotidien ! La marque boc’n roll peut se trouver un peu partout. Sans-bpa propose aussi d’autres marques. Mon coup de cœur va sans conteste aux magnifiques pochettes de la créatrice belge flax & stitch.
  • Les bocaux en verre : on en a tous chez nous : pot à confiture, à miel, à moutarde… mais aussi les beaux bocaux de nos grands-mères  (le parfait, weck, …). Tout dépendra de ce que vous en ferez. On peut en trouver en seconde main ou les acheter neufs mais je vous invite à demander autour de vous.  Vous verrez comme vous ferez quelques magnifiques trouvailles dans les caves et greniers de votre famille, de vos amis … sinon, vous pouvez en trouver des neufs chez Ikea ou chez Blokker ou chez Dille & Camille.
  • Des sacs en tissus : pour les noix, les sandwiches, biscuits maison – attention à ne pas les écraser quand même sinon vous en aurez des miettes 😉 – (allez voir mon tuto super fastoche) ou vous en trouvez dans les magasins vendant du vrac ou, en ligne, sur certains sites zéro déchet, comme bag to green.

Vous n’avez donc plus d’excuses pour ne pas vous y mettre 😜

A vos lunch sains !

Coup de cœur : le Relais du triporteur

relaisfacade“Le Relais du triporteur”, hmmm ça sent bon les vacances,  on se croirait presque en Provence rien que de prononcer ce nom.  Mais le Relais du triporteur c’est quoi en fait : un relais pour randonneurs, un lieu-dit pour les cyclistes ? Nooon. Il s’agit d’un magasin de vrac et zéro déchet situé à Watermael-Boitsfort (au Sud de Bruxelles). Mais ça n’est pas tout! C’est aussi un restaurant, des soirées à thèmes et des ateliers.

A l’origine

J’ai découvert ce lieu bien assez tôt lorsque nous nous sommes lancés dans le zéro déchet. Un petit lieu où les herbes sèchées sont entreposées dans des pots en grés, ou l’on se retrouve dans une petite épicerie sans emballage où tout sent bon. Un petit havre de paix, un peu en dehors du temps.

Le projet a été lancé par Dominique, ex-scénographe, qui avait envie de partager sa passion de la bonne alimentation, tout en prônant le développement durable et la gestion des déchets.

Le Relais du triporteur n’est pas juste à côté de chez moi mais j’aime y aller pendant que ma seconde suit ses cours de dessin à l’Académie qui est à deux pas de là. Je peux y trouver des produits que je ne trouve pas partout comme le sirop d’agave, la moutarde et le ketchup, les pignons de pain, du sel, des  herbes séchées, du chocolat , du bicarbonate, du savon de Marseille en copeaux, du panama… On y trouve aussi des pâtes, des farines, des fruits et légumes, des pains, du vin, du vinaigre, des produits d’entretien, sucre, biscuits,…Le tout en vrac !

Dominique ajoute régulièrement de nouveaux produits et veille à prendre des produits qui soient locaux. Elle réfléchit toujours à l’impact de l’achat de tel ou tel produit dans une approche circulaire. Par exemple, tous les produits achetés en vrac le sont dans des sacs en papier et non en plastique (comme c’est souvent le cas avec le vrac), elle a un compost pour le restaurant et privilégie des produits de saison…

Ici, pas de carte de fidélité. Mais si vous voulez bénéficier d’un prix préférentiel,  on vous invite à soutenir l’ASBL. Ainsi, vous aurez 10 % de réduction lors de vos achats.

Le restaurant

Que vous connaissiez déjà l’épicerie du Relais du triporteur ou pas, il n’est pas évident de voir que juste derrière  (juste derrière le mur de la zone fruits et légumes) il y a un restaurant. Dernièrement, j’y ai été manger avec des amis et nos enfants. Vous auriez dû voir les étoiles dans leurs yeux (et dans les miens d’ailleurs). Ce lieu est visuellement magique et ressemble à une petite guinguette. Les guirlandes lumineuses, les lampes dans les bocaux, le buffet en bois, les tables et les chaises de récupération, les nappes à carreaux. L’ambiance qui s’y dégage vous donne le sentiment d’être accueilli chez des amis proches. Moment convivial assuré !

En plus de l’ambiance, on s’y régale. Ici, pas de flonflons ni de menu à rallonge. Vous mangez sain, bio, local et de saison. Au menu : une entrée ou une soupe et un plat, qui va du plat thématique (veggie le jeudi, Burger le vendredi) à l’assiette variée, soit veggie soit carnée. Les produits utilisés viennent de l’épicerie. Vous pouvez aussi assouvir vos envies de sucré : tarte, crumble, etc. le tout fait maison (et je dois bien l’avouer,  c’est une tuerie !). Les petits ne sont pas oubliés et s’y sentiront comme chez eux. On leur propose le même plat que pour les grands mais en version mini (pas si mini que ça, en fait 😉). Et pour assouvir sa soif, de bons vins bio, de bonnes bières locales et une eau détox (romarin, orange sanguine) ou de l’eau nature qui vous est offerte ! La cuisine est partagée, en tournante, entre 6 jeunes chefs qui se lancent dans l’alimentation saine et durable. De quoi découvrir des saveurs différentes !

Cerise sur le gâteau : le prix défiant tout concurrence. Le lunch est à 14 euros (entrée/soupe et plat). De quoi casser les préjugés que l’on ne peut pas manger bio, local et de saison sans exploser son portefeuille !

Les activités

Sensibiliser ses visiteurs à un mode de consommation différent, faire découvrir une autre manière de cuisiner, venir vivre un moment musical convivial, c’est aussi ça Le Relais du triporteur. Un planning d’activités régulières est proposé comme des ateliers de cuisine pour les enfants, des ateliers de confection de produits d’entretien et DIY, des soirées concert …

Comme vous pouvez le lire, c’est réellement mon coup de cœur. Ce lieu est totalement en phase avec mes valeurs, mon engagement. Aujourd’hui, pour moi, il est essentiel de connaître la provenance des produits que j’achète, de savoir que ceux-ci sont produits dans le respect de l’environnement et du producteur, de soutenir un projet qui a du sens et qui met tout en place pour sensibiliser à un autre monde. Le Relais du triporteur, c’est ça ! Je vous invite à venir découvrir ce lieu : ouvrez la porte du magasin ou du restaurant et vous verrez que vous voudrez très vite y revenir ! Une adresse qui mérite d’être connue, à partager sans modération !

Le Relais du triporteur, 120-124 rue Middelbourg à 1170 Bruxelles (Boitsfort)
www.le-relais-du-triporteur.be ou page Facebook

Crédit photos : Relais du triporteur

Formulaire : Magasin zéro déchet & vrac

Vous n’avez pas retrouvé un magasin zéro déchet ou de vrac que vous avez l’habitude de visiter ? Vous avez entendu parler d’un nouveau projet qui se lance ? Faites-le moi savoir via ce formulaire.

Attention :

  • Je ne référence pour le moment que les magasins en Belgique (Bruxelles, Wallonie et Flandre)
  • Il faut que ce magasin propose au minimum 70% de vrac et des produits sans emballage pour figurer, à mes yeux, dans cette liste. Sinon, vous imaginez, je pourrais y mettre tous les magasins bio, tous les marchés, etc ;))

Les magasins (objectif) zéro déchet et vrac

Au travers de cette page, je désire lister les différents magasins « objectif zéro déchet » et de vrac en Belgique. Il s’agit de magasins dont une grande quantité de leurs produits sont proposés en vrac ou sans emballage.

En tant que Zwa (Zero waste addicted), vous y serez accueillis comme des rois. Fini de passer pour des extraterrestres ;)) Vos sacs en tissus, vos bocaux sont acceptés les bras ouverts !

Les magasins avec une * sont ceux qui vous permettent de faire quasi tous vos achats en vrac tellement l’assortiment y est large. Une aubaine pour les zwa !

Un magasin ne figure pas dans la liste ? Faites-le moi savoir via ce petit formulaire.

BRUXELLES

Auderghem

Anderlecht

Berchem-Sainte-Agathe

Boitsfort

Bruxelles-Centre

Etterbeek

Evere

Forest

Ixelles

Jette

Molenbeek-Saint-Jean

Saint-Gilles

[Bientôt] : *The Barn² à Saint-Gilles

Schaerbeek

Uccle

Woluwé

WALLONIE

Province du Brabant wallon

Province du Hainaut

[Bientôt]

Province de Liège

[Bientôt]

  • *Un futur magasin de vrac à Waremme (dans les prochains mois)
  • *L’Orchestre à pots (Verviers) – https://m.facebook.com/LOrchestreAPots/ (décembre 2018)
  • A’Vracadabra (Hannut) – ouverture mars 2019

Province de Luxembourg

Province de Namur

[Bientôt]

AUTRES

FLANDRE

TOUT PRES DE CHEZ NOUS

APPLICATIONS/LISTES VRAC