De la lessive à la cendre

img_4504

Je suis enfin arrivée à la fin de mes litres de lessive liquide et en poudre. Il est donc temps pour moi de me lancer dans ma lessive maison. J’avais déjà essayé la version liquide mais vu que j’ai voulu utiliser un reste de copeaux de savon de Marseille qui, en réalité n’en était pas réellement vu qu’il y avait de l’huile de palme dedans, je ne trouvais pas le résultat super concluant.

Un jour en discutant avec Mr Carabistouille, on en vient à se demander ce que l’on va bien pouvoir faire des cendres de notre poêle à bois. Il me sort alors tout naturellement “de la lessive”. Je vous laisse imaginer ma tête. .. était-il devenu fou ? (Il se cogne souvent la tête vu qu’il est un peu tête en l’air mais quand même !). Ben non, il me dit que c’est ce que nos ancêtres faisaient.

C’est ainsi que cette idée est restée gravée dans ma tête pour le jour où … et nous y voici !

Pour les sceptiques

  • J’ai consulté pas mal de forums et j’ai trouvé énormément d’articles qui confirment le bon fonctionnement de cette lessive.
  • La cendre contient de la potasse qui est un composé chimique lavant, au même titre que la soude.
  • Cette lessive est totalement naturelle et ne pollue pas.
  • C’est sans doute la lessive qui est la plus économique car elle ne coûte pas un euro. Juste des cendres et de l’eau (de pluie c’est encore mieux :)), rien de plus !
  • Ça fonctionne aussi bien pour les blancs que pour les couleurs. Pour les tâches plus incrustées, un détachant préalable peut être nécessaire  (ce qui est souvent aussi le cas avec les lessives industrielles, gnark gnark).

Comment faire ?

Pour +/- 2 litres de lessive :

  • 300 gr de cendres
  • 2 litres d’eau

Plusieurs possibilités :

  • Avec de l’eau chaude ou froide
  • Avec filtration ou pas

Pour cette première fois,  j’ai procédé comme suit :

  • J’ai tamisé mes cendres à l’aide d’un chinois pour en retirer les gros morceaux  (ceux-ci finiront dans mon compost).
  • J’ai versé les 300 gr de cendres dans une grande bassine
  • J’y ai versé les 2L d’eau froide (la prochaine fois, j’essaierai avec de l’eau chaude. Ca permet de devoir attendre moins longtemps au niveau du décantage …à voir).
  • J’ai laissé décanter pendant 36 h et je ai régulièrement mélangé. On peut réduire au minimum à 24h. Le liquide devient clair.
  • Avec une louche, j’ai récupéré le liquide et je l’ai transvasé dans un ancien bidon de lessive préalable rincé. Malgré que j’aurais préfère la version plus flemmarde, c-à-d sans filtration, j’ai dû me rendre à l’évidence,  le liquide qui en sortait était encore trop chargé en mélasse de cendres. J’ai donc dû utiliser la filtration. Là, si vous aimez jouer le rôle du druide qui prépare la potion magique, ça va vous plaire ! C’est parti pour filter, filter et refilter … ça prend un certain temps. J’ai utilisé un tissu que j’ai mis dans un entonnoir et puis j’ai versé le contenu dans le bidon. Et alléluia, voici ma potion bien limpide et claire !
  • J’ai ajouté 5 gouttes d’huile essentielle (HE) de Tea tree (pour les odeurs et antibactérien) et 10 gouttes de HE de lavande vrai pour que mon linge sente bon la Provence, le tout directement dans le bidon.

La quantité nécessaire : un petit verre à moutarde (15-20 cl) par lessive. J’utilise également du vinaigre blanc comme adoucissant.

Attention, c’est un peu corrosif. Il faut donc éviter d’en mettre sur vos mains.

Les limites

  • Cette lessive ne fonctionne pas avec les taches minérales comme la boue, la terre, … Dans ce cas, il faut détacher préalablement avec du savon de Marseille.
  • A long terme, le linge clair peut se ternir. Il faut donc ajouter dans votre machine du percarbonate de soude (pour le blanc – 1 grosse cuillère à soupe) – à mettre directement dans le tambour avant de mettre le linge – ou du bicarbonate de soude (pour les couleurs). On peut également faire tremper régulièrement les tissus clairs dans de l’eau chaude avec des cristaux de soude.

Voilà,  ça n’est pas si compliqué.  Je vous ferai un petit retour dès que mes 2L auront été vidés !

Et avec le temps, t’en penses quoi ?

Ça fait plus d’un mois que je l’utilise et je n’en suis pas du tout déçue. Mon linge est propre et sent tout bon. Donc c’est banco 😀 !

Cookies brownies

img_4513Un soir, je désirais cuisiner de nouveaux biscuits pour les filles mais j’étais un peu en perte d’idées. Una voulait des biscuits au chocolat. J’aurais pu faire des cookies tout chocolat tout simplement mais je ne sais pas pourquoi, il me manquait un petit quelque chose. Et c’est là où, magie, je découvris la recette de “Il était une fois la pâtisserie” :  des cookies brownies. C’était tout ce qu’il me fallait !

Vous allez voir, c’est quelque peu addictif. A ne surtout pas laisser dans votre champ de vision, donc !

Ingrédients

  • 330 gr (180 gr + 150 gr) de pépites de chocolat noir
  • 40 gr de beurre de ferme demi-sel
  • 2 œufs
  • 110 gr de sucre en poudre
  • (1 c. à c. d’extrait de vanille liquide)
  • 50 gr de farine
  1. Faites fondre 180 gr de pépites de chocolat et le beurre au bain-marie. Laissez le tout bien refroidir. Si le mélange au chocolat est encore chaud et que vous le mettez avec les œufs, vous allez vous retrouver avec une omelette au chocolat car les œufs vont cuire !
  2. Préchauffez le four à 180°C.
  3. Dans un autre plat, mélanger au fouet ou à la fourchette les 2 œufs et le sucre.
  4. Ajoutez-y le chocolat fondu refroidi, puis éventuellement la vanille liquide et enfin la farine. Mélangez bien après chaque ajout.
  5. Ajoutez le reste des pépites de chocolat  (150 gr)pour finir.
  6. Formez des petits tas de la taille d’une noix sur la plaque de cuisson et espacez-les bien de 5 cm. No panic : c’est tout à fait normal que la pâte soit relativement liquide.
  7. Enfournez pour 8 à 9 minutes. Ils doivent rester moelleux au milieu. Je vous conseille de tester avec la première fournée et de piquez régulièrement les biscuits pour vérifier le fondant à l’intérieur sinon vous vous retrouverez avec des biscuits croquants, ce qui n’est pas le but évidemment ! Puis laissez refroidir hors du four, sur la plaque de cuisson. Les cookies continuent ainsi à cuire tranquillement.

Bonne “dévoration” ;p

Formulaire : Magasin zéro déchet & vrac

Vous n’avez pas retrouvé un magasin zéro déchet ou de vrac que vous avez l’habitude de visiter ? Vous avez entendu parler d’un nouveau projet qui se lance ? Faites-le moi savoir via ce formulaire.

Attention :

  • Je ne référence pour le moment que les magasins en Belgique (Bruxelles, Wallonie et Flandre)
  • Il faut que ce magasin propose au minimum 70% de vrac et des produits sans emballage pour figurer, à mes yeux, dans cette liste. Sinon, vous imaginez, je pourrais y mettre tous les magasins bio, tous les marchés, etc ;))

Les magasins (objectif) zéro déchet et vrac

Au travers de cette page, je désire lister les différents magasins « objectif zéro déchet » et de vrac en Belgique. Il s’agit de magasins dont une grande quantité de leurs produits sont proposés en vrac ou sans emballage.

En tant que Zwa (Zero waste addicted), vous y serez accueillis comme des rois. Fini de passer pour des extraterrestres ;)) Vos sacs en tissus, vos bocaux sont acceptés les bras ouverts !

Les magasins avec une * sont ceux qui vous permettent de faire quasi tous vos achats en vrac tellement l’assortiment y est large. Une aubaine pour les zwa !

Un magasin ne figure pas dans la liste ? Faites-le moi savoir via ce petit formulaire.

BRUXELLES

Auderghem

Boitsfort

Bruxelles-Centre

Etterbeek

Forest

Ixelles

Jette

Saint-Gilles

Schaerbeek

Uccle

Autres

WALLONIE

Province du Brabant wallon

Province du Hainaut

[Bientôt]

  • *Atout Vrac (Binche) – ouverture en août
  • *La baraque à vrac (région de Thuin)

Province de Liège

Province de Luxembourg

[bientôt]

  • Biocap (Messancy) – ouverture en août

Province de Namur

[Bientôt]

FLANDRE

TOUT PRES DE CHEZ NOUS

APPLICATIONS/LISTES VRAC

Bilan d’une année zéro carabistouille

1anzc

1 an ! Déjà un an que nous nous sommes lancé dans ce projet fou du zéro déchet. Vous vous demandez probablement si on a “survécu” à cette expérience, si on se sent toujours bien, si on n’est pas en manque de notre vie d’avant ou tout simplement si on n’a pas abandonné …

Que nenni, nous n’avons jamais été aussi déterminés et motivés ! Et en plus, on est en pleine forme et heureux ! On a vécu des moments de doutes et de découragement, il nous est arrivé de faire de petits pas avant et de grands pas en arrière mais nous sommes prêts à aller plus loin. L’année 2 sera une année remplie de nouveautés, de nouveaux défis. On a impatience !

Tout commence par un début …

Nous avons débuté notre vie zéro déchet par l’axe de l’alimentation, et plus particulièrement des collations des enfants. C’était pour nous une évidence,  il fallait stopper l’utilisation de ces biscuits et friandises pleins de substances non définissables mais surtout pleins d’emballages, qui plus est non recyclables ! Très vite, nous avons trouvé notre rythme de croisière et, chaque semaine, nous faisons une tournante dans nos recettes pour avoir en continu 4-5 sortes de collations dans notre armoire.

Nous avons également très vite embrayé sur les  produits en vrac. Chance est de constater que de plus en plus de magasins proposent un choix de plus en plus large de produits secs mais aussi de produits moins conventionnels comme des biscuits apéro, de la moutarde, du sirop d’érable…

Un changement certain

Si je dois faire un constat sur les changements réalisés pendant cette année, en dehors des changements d’habitude d’achat, je mettrais en évidence ceux-ci :

  • Je ne me suis jamais sentie aussi détachée des choses. Autant avant, lorsque quelque chose se serait cassé, brisé, je me serais mise en colère. Aujourd’hui, j’y vois une opportunité pour me demander si j’en ai réellement besoin et si je ne peux pas m’en passer. Quel liberté de se sentir de plus en plus légère matériellement et en phase avec mes valeurs.
  • Dès que nous avons besoin de quelques chose (évidemment de vraiment utile et nécessaire), nous avons le réflexe “seconde main” ou “occasion”. S’il nous arrive de ne pas trouver la perle rare, nous devons prendre une décision : attendre encore un peu pour la trouver, simplement s’en passer ou, en dépit, l’acheter en neuf (mais ouf, il s’agit de cas d’exception, et, dans ce cas, on privilégie des produits locaux et de qualité). Nous avons pris cette habitude tant pour les habits que pour les jouets et les biens courants (ex. tondeuse à gazon manuelle).
  • Malgré le fait que nous n’avons plus accès à certains produits, je ne me suis jamais sentie aussi bien. Je suis devenue totalement hermétique aux slogans publicitaires et au martelage commercial. En plus, comme je ne vais plus jamais dans les grandes surfaces, je n’ai plus aucune tentation et je ne vais plus qu’à l’essentiel.
  • Depuis un an, je n’ai plus acheté de nouveaux habits. Seuls des vêtements de seconde main ou faits maison sont rentrés dans mon armoire ! Et je n’en suis pas peu fière ! Ma garde-robe se désemplit petit à petit car je fais un tri régulier des habits que je ne mets pas ou trop peu !
  • J’ai basculé vers les mouchoirs en tissu et je n’y aurais pourtant jamais cru ! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis comme on dit. Conclusion : Je ne retournerai plus jamais aux mouchoirs en papier, mes narines m’en remercient !

Les embûches

  • Nous n’avons toujours pas trouvé de solution pour le lait. Soit on trouve du lait en bouteille consignée mais non bio, soit du lait bio mais alors c’est soit en poche plastique (chez notre producteur lacto), soit en Tetrabrik. Pour l’instant, on continue avec ces 2 secondes options car le bio pour le lait reste une condition sine qua non pour nous, mais nous ne désespérons pas de trouver une solution zéro déchet pour 2017. Notre poubelle bleue aura ainsi quasi disparu !
  • Le papier toilette. Nous ne désirons pas nous passer de papier toilette et virer aux lingettes tissus (un peu trop tôt pour nous dans notre démarche ;p). Le plastique qui emballe les rouleaux a le hic pour me mettre en colère. J’ai bien une idée de solution (des papiers toilette dans une caisse en carton … déjà mieux mais pas encore 100% zéro déchet, je suis d’accord !) et je compte bien la mettre en oeuvre dès 2017 !

5 kg de déchets non recyclables par trimestre !

Malheureusement, nous n’avons pas pesé nos poubelles au début de notre expérience. Mais la différence est flagrante ! Nous sommes passé d’une poubelle non recyclable estimée à +/-12 kg (ou 80 litres) par semaine à une poubelle de seulement 5 kg par trimestre, et ce pour 4 personnes !  

En extrapolant, on est donc à +/- 20 kg de déchets par an pour 4 personnes ! On applaudit, on dit Bravo (il faut parfois s’auto-féliciter, c’est bon pour le moral ;p).

Alors oui, on a encore des poubelles recyclables mais celles-ci ont aussi subi un sacré régime : on ne les sort plus qu’à une fréquence trimestrielle et leur poids a significativement diminué : 5 kg pour la poubelle papier et 2,5 kg pour la poubelle PMC. Et pour cette dernière on sait que le jour où on aura trouvé la solution pour notre lait, ça en sera fini avec les tetrabrik et la poubelle bleue !

On est bien conscients que le chemin est encore long avant d’arriver au zéro déchet ou au bocal de 500 ml de Béa Jonhson mais nous sommes en de bonne voie ! Quand on compare avec la première année de la « Famille presque zéro déchet », on est quand même pas si mal. Ils avaient une poubelle non recyclable de 1,5 à 2kg tous les mois, ce qui équivaut à +/- une vingtaine de kilos de déchets par an (comme nous, donc !) et, pour le non recyclable, ça se chiffrait à un bac de 40 L de déchets recyclables en tout genre tous les mois. On est donc vraiment dans les mêmes tendances ! Youhouhou !

En outre, tous les aliments d’avant notre défi zéro déchet sont presque consommés et sortis de chez nous. On sait que l’on va pouvoir démarrer cette nouvelle année sur une base quasi saine.

Les prochaines étapes

  • Pendant cette année écoulée, nous n’avons plus acheté de savon douche et shampooing. Non pas que l’on ne se lave plus, je vous rassure, mais parce que nous avions amassé une quantité inimaginable de ces produits. C’est quand même fou, non ? Et comme on est économe, ça prend tu temps, du temps, du temps … pour se vider. Mais là, on arrive à la fin et je vais donc pouvoir m’éclater dans la confection de produits home made.
  • C’est un peu pareil pour les produits d’entretien, de lessive, etc. je vais pouvoir m’improviser apprentie chimiste (évidemment avec précaution, hein ;p)
  • On doit encore trouver une solution pour certains produits (lait, fromage, viandes, pains…) que l’on affectionne particulièrement parce qu’ils sont produits par des producteurs que l’on soutient depuis longtemps et qui nous sont fournis en direct (via les groupes d’achats). 2017 sera l’occasion de mettre en place des solutions plus durables pour certains de ces produits qui sont encore emballés dans du papier, des sacs en papier ou pire, dans des films ou pots en plastique (beurk !!!)

2017, une année d’actions

Cette expérience nous a permis de rencontrer une multitude de personnes motivées, engagées, curieuses. J’ai également pu faire mes premières conférences. De nouvelles arrivent, même dans des entreprises. J’aime mettre la main à la pâte, je vais donc dans les prochaines semaines lancer un défi zéro déchet dans mon quartier ainsi que dans l’école de mes filles. Je vivrai aussi des rencontres et des échanges avec les ados.

Échanger, partager, tel est notre credo. Ouvrir un dialogue pour que demain puisse encore exister, pour que nos enfants, vos enfants puissent continuer à vivre dans une nature pleine de beauté et d’émerveillement.

On vous souhaite une année 2017 activement zéro déchet !