Vive la rentrée zéro déchet, ou presque …

larentréescolaireC’est la rentrée dans quelques semaines mais cette-fois, je suis rôdée. Armée comme une Warrior, je balaye de la main les slogans publicitaires des grandes surfaces, je découpe en petits morceaux les promotions 3 + 1 gratuit ! Cette année scolaire sera zéro déchet ou ne sera pas.

Comme à chaque fois, nous avons reçu la liste à rallonge des fournitures scolaires nécessaires pour nos filles. Pourtant, depuis plusieurs années, les profs limitent cette liste au maximum et ne mentionnent plus spécifiquement qu’il faut telle ou telle marque de produit. De quoi décrisper un peu les parents. Reste qu’arriver à réduire à zéro ses déchets dans un tel contexte devient presque le parcours du combattant.

Mais comment faire alors ?

Les fournitures

Ça passe d’abord par une sensibilisation de l’enfant sur l’importance de respecter et de faire attention à ses affaires. Mes filles ont bien conscience de la valeur des articles scolaires qu’elles ont. Elles en prennent donc soin et veillent à ne pas les perdre. Elles savent qu’on ne les rachètera pas chaque année. C’est autant de déchets non générés. Pour nos supers héros du zéro déchet, c’est devenu leur mission de tous les jours !

Si je dois remplacer des articles abîmés, je privilégie avant tout le seconde main. Les magasins comme Les Petits Riens ou Oxfam disposent souvent d’un rayon d’articles scolaires où l’on peut faire de superbes découvertes. J’ai aussi un petit stock de fardes, pochettes, crayons et stylos billes dans mon grenier. Il s’agit d’articles que j’ai amassé avec le temps et que j’écoule petit à petit ou d’articles que j’ai reçu ci et là d’amis qui ne savaient plus qu’en faire.

Quand je ne peux trouver les articles recherchés en seconde main, je me tourne alors vers des fournitures neuves de qualité, durables et non toxiques, comme une latte en métal ou en bois, des crayons surligneurs fluos… Ça coûte un peu plus cher mais c’est parfois le prix à payer pour protéger la santé de nos enfants.

A l’école de nos filles, depuis quelques années, un achat groupé de fournitures s’est mis en place grâce à l’association des parents. C’est tout bénéfice pour le portefeuille (on bénéficie d’un prix de groupe), on gagne du temps (plus besoin de faire les magasins, on est livré à l’école à une date donnée) et on limite sérieusement les déchets (on reçoit les articles à l’unité car ils ont été achetés en grande quantité). Et cerise sur la gâteau, il y a même des fournitures « vertes » dans les choix possibles 🙂

Dans certaines librairies-papeteries, vous pouvez aussi acheter des articles à l’unité sans emballage. Vous soutenez ainsi un commerce local et vous disposerez certainement de meilleurs conseils que dans un supermarché.

Le cartable

Là encore, nous privilégions le seconde main. Le site 2ememain.be en propose une belle variété. Par contre, il faut s’attendre à avoir des prix plus élevés et plus de concurrence si vous effectuez votre recherche en pleine rentrée scolaire. Attendez peut-être un peu que la cohue soit passée ou soyez proactif.

Nos cartables sont de la marque Kipling car cette marque offre un bon service après vente. En plus, c’est belge ! Tout dernièrement, une des tirettes du cartable d’Una s’était cassée. Soit le cartable est encore en garantie, soit Kipling peut le réparer. Dans ce cas-ci, ça nous a coûté une quinzaine d’euros et un peu de patience. Il est maintenant comme neuf. De plus, ces cartables sont lavables en machine et sont très résistants pour durer plusieurs années.

Eastpak dispose également d’un service après-vente et d’une garantie standard de 30 ans sur tous les produits classiques. Il est aussi possible de les faire réparer.

Les livres scolaires

Du seconde main à nouveau ! Je vais chez Pèle-Mèle ou dans les librairies d’occasion. Je réutilise de vieux dictionnaires (en plus, ça coûte une brique un dico neuf  !). Ou alors, on demande aux amis qui ont de grands enfants pour racheter (ou recevoir) les livres scolaires dont ils n’ont plus besoin. Et depuis peu, à l’école de la grande, ils ont mis en place en système de prêts de livres scolaires. Quelle bonne idée !

Les collations et lunchs

Nos filles disposent d’un petit set pour leurs collations et lunchs : gourde en inox, boîtes à tartines, à fruit et à collations. Certains jours, elles mangent à la cantine et d’autres elles prennent un dîner-tartines maison. Elles n’ont plus que des collations maison et des fruits bio pour  leur 10h et 4h. Vive la collation saine ! Découvrez vite toutes mes recettes simples et légèremeng sucrées pour petits écoliers affamés ☺️

Je recouvre, je recouvre, et je m’éneeeerve !

Aaaah, l’autre stress de la rentrée qui génère en moi des bouffées de chaleur est sans conteste quand mes filles rentrent de l’école et m’annoncent “Maman, y a des livres et des cahiers à recouvrir et ça doit être fait pour demaaaaaain”.

Je suis au bord de la crise de nerfs car jamais oh grand jamais je n’arrive à recouvrir ces cahiers et livres avec ce recouvre livre autocollant. Y a des bulles, y a des griffes et puis j’arrive même plus à le décoller …. aaaarghh.

Ça tombe bien, j’en ai plus, je vais donc me lancer dans des solutions plus originales comme des couvre-livres :

  • en tissu : réutilisable, lavable et surtout jolis => voici mon tutoriel ultra fastoche !
  • en sac en papier, pour l’esprit récup’ ;
  • en papier kraft sur lequel vous pourrez laisser libre cours à votre créativité. Et après, hop, ça se recycle ;
  • en vieilles cartes routières, pour voyager toute l’année et réviser sa géographie.

Pour une classe zéro déchet

Nous avons la chance d’avoir nos filles dans une école où l’écologie, l’environnement et la santé de nos enfants comptent. Où les professeurs mettent en place des actions pour sensibiliser les enfants (et les parents ;)) à limiter leurs déchets.

Si ça n’est pas le cas de la vôtre, sachez qu’un ensemble de projets peuvent accompagner les écoles pour s’engager dans une démarche plus durable. Bruxelles Environnement propose des programmes gratuits au travers du « réseau des écoles en action pour l’environnement« . En région wallonne, il s’agit de la campagne Ecoles en développement durable. Il existe aussi le programme « GoodPlanet » qui propose plein de chouettes challenges scolaires dont la journée Gros Pull, Croque Local, Zéro déchet…

N’hésitez pas à en parler avec le professeur de votre enfant. Il est fort à parier qu’en expliquant votre démarche zéro déchet et en proposant différentes idées et solutions (chacun sa gourde, collation saine …), vous créerez un intérêt auprès de celui-ci, et pourquoi pas, auprès de toute l’école. L’association de parents peut aussi être une bonne porte d’entrée pour lancer des actions concrètes.

Ecoconso a édité un dossier spécial sur la rentrée scolaire et comment la rendre plus durable. De quoi vous donner des idées complémentaires pour une rentrée scolaire plus légère !

16 commentaires sur « Vive la rentrée zéro déchet, ou presque … »

  1. Chouette article.
    Chez Hema (je sais c’est de la grande distribution), ils proposent des couvertures extensibles pour livre en tissu. Je trouve que c’est un bon investissement. puis je trouve cela hygiènique (se lessive)

  2. tout les jours a peu près je ramasse des déchets et sa fait 30 ans et j en ai 44 bientôt un honte a se qui jette ,la terre ne mérite pas a bientôt avec une planète propre………….

  3. Et les cartables en cuir? C’est trop ringard ou bien l’empreinte CO2 est plus élevée que les cartables en plastique? Je ne trouve pas d’info à ce sujet.

      1. Théoriquement, les cartables en cuire devraient pouvoir être réparés par un cordonier. Certaines sources disent que le cuire subventionne l’industrie de la viande, d’autres disent que ce sont un déchet, produit anexe de l’industrie de la viande. Si le cuire est belge ou Européen c’est mieux, s’il est bio ça l’est encore plus, s’il est local, c’est encore mieux mais je ne pense pas que ces labels n’existent pas pour le moment. Le métier de taneur ne se fait plus trop en artisanat j’ai l’impression…

  4. Cette année, pas d’achat de papier à recouvrir! Toute l’année, je récolte les calendriers de « femmes d’aujourd’hui » auprès de mon entourage et je les garde précieusement. Leurs images sont magnifiques et colorées… on fera des découpages et des assemblages pour recouvrir les cahiers! En plus, ça sort du lot et on n’a pas la même couverture que les copains/copines 🙂
    Je profite pour te remercier car tu es probablement l’initiatrice du mouvement dans notre famille (suite à la conférence à Ath). Nous changeons petit’à Petit notre quotidien. Qu’est-ce que c’est gai et motivant ! Merci merci 🙏

  5. Nous sommes sur le même chemin! Merci pour ton article. Je suis bien contente d’apprendre que Kipling est une marque belge et surtout qu’ils sont réparables. Mes enfants doivent prendre soin de leur cartable (de cette marque là) pour le garder 3 ans. C’est bien que les écoles bougent aussi. Je vais aller explorer les liens que tu proposes. L’année passée, j’ai fais un atelier couture à l’école avec des enfants de 1ère et 2ème primaire pour qu’ils se cousent une enveloppe à tartines. Très chouette!

  6. Pour emplacer les surligneur, depuis mes 15 ans je n’utilise plus que des crayons de couleur. C’est bien plus précis, on peut écrire des choses un peu plus grosses, souligner dans les textes… les aventages pour l’apprentissage sont multiples. On change de couleur pour regrouper ce qui va ensemble. J’en ai des vieux qui sont petits ils ne prennent que très peu de place dans la trousse si non les gros crayons permettent aussi de plus vite  » surligner « .

  7. Excusez moi des fautes : pour remplacer les surligneurs…

    Le stylo à pompe à encre aussi est bien mieux surtout quand on commence à écrire beaucoup, un bic part très vite, et dirrectement à la poubelle, de même pour une cartouche (j’ai collectionné toutes mes billes de cartouche du secondaire, je dois être à 250 billes de plastique environ). https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Stylo-plume#Utilisation_d'un_réservoir_et_autres_méthodes pour les avantages explicites…. sans compter qu’on peut diluer l’encre pour avoir une couleur plus claire et utiliser des encres bio, moins toxiques ou plus écologiques. Il existe par exemple des recettes avec de la broue de noix, c’est l’occasion d’aller dans les magasins spécialiser pour se renseigner. Le stylo de la marque Lamy est l’un des moins chers qui proposent ce type de réservoir. Beau cadeau lors ds la communion, Noël ou un anniversaire, un bon bulletin, ou la rentrée…dans le secondaire ? mais objet un peu précieux car ils coutent en général entre 26 et 68 € + la pompe à ~10 € … même si vous voyez que l’enfant est trop jeune pour s’en servir (ça s’apprend, ce n’est pas si compliqué) mieux vaut investir tôt pour économiser un maximum de plastique, plus tard ça servira peut-être bien moins.

  8. Une late en bois ça ne coûte presque rien! Mais attention! Le bois « travail » donc elle peut se déformer. En métal, de même pour les mesures de physique ou les graphiques de chimie, le métal est déconseillé car il se dillate donc si on veut mesurer qch très précisément il vaut mieux ne pas se trouver en plein soleil (même si ça c’est quand même un détail) ce que les profs demandent souvent c’est une règle transparente. C’est pour tracer une droite dans un graphique pour qu’on voit les points qui sont et restent sous la latte ( corriger les impressisions des messures physiques dans un graphique, modéliser une série par une droite : les points semblent alignés mais ne le sont pas parfaitement, alors on trace une droite qui semble le plus possible passer par tous les points) . En réalité ces cas n’arrivent jamais, on a pas besoin de celà et si ça arrive, on utilise une équerre ou un rapporteur qui sont eux toujours transparents. En verre ça doit exister aussi sous la forme dd long pavés de 3mm sur 3 mm sur 20 cm.
    Les crayons aussi ont leurs alternatives, ainsi que la peinture! (L’acrylique c’est du plastique, les aquerelles de chine aussi partiellement…)

  9. Ah, oui!
    Les taille-crayons inefficasses sont juste à revisser un peu, assurez vous donc que ça puisse se faire si vous en achetez un. On peut utiliser une mini-micro boîte et un taille crayon comme sur la photo qu’on laisse simplement dans la boîte. Je faisais ça en fin de primaire car je n’avais pas encore compris le truc de la vis !
    Si non le critérium n’est pas mal non plus. Autre astuce pour les rigoureux du dessin et de la pointe : tailler un côté du crayon en pointe parfaite et l’autre en grosse pointe arrondie évite d’utiliser 2 crayons. La gomme mie de pain est réutilisable ( elle ne perd pas de matière et peut se laver ) aussi mais ne remplace pas la gomme blanche. Les gommes des critériums sont très bien aussi. La gomme pour l’encre me reste à tester je crois qu’il faut la mouiller?…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.