#Defi 7 : Conserve tes tomates !

IMG_4143Je ne sais pas vous mais nous, on raffole des tomates : froides en salade, chaudes en sauce, farcies, etc.  En été, on les mange donc plutôt froide pour profiter de leur magnifique goût acidulé. Qu’elles soient cerises, ovales, rondes, en grappes ou jaunes, on les aiment toutes.

Et en hiver, vu notre nouveau mode de vie, on ne s’achète plus de conserves de sauce tomate toute faite. Dès lors, il faut prévoir ! Ainsi, lors de notre voyage en Ardèche, on a ramené 10 kg de tomates sans pesticide d’un petit producteur de Saint-Remèze à 1 euro du kilo (oui vous ne rêvez pas !).

Avec la météo qu’il a fait cet été, les tomates arrivent seulement dans nos étals belges, c’est donc le bon moment pour aller chez votre producteur préféré ou au marché et d’acheter une grosse cagette de tomates du pays, de pleine terre et hors serre !

Et que va-t-on en faire de ces tomates, me direz-vous ? Hé bien de la bonne sauce tomate pour vos préparations diverses :  pour vos pizzas, vos pâtes, vos boulettes, vos gratins, etc. On va faire nos propres conserves, comme le faisait nos grands-mères ! “Oui mais ça va être super compliqué ton truc, ça va me prendre des heures de travail et puis j’ai pas de stérilisateurs”. Stop, stop, stop. Rien de plus simple, tu vas voir.

Ce qu’il faut

  • des tomates
  • des échalotes ou des oignons
  • de l’huile d’olive
  • du sel (et du poivre)
  • (de l’ail)
  • des bocaux vides (à confiture, à mayo, etc.). nous avions des petits et des grands, plus pratique selon nos besoins

Comment s’y prendre ?

  1. Monder les tomates : Késako ? C’est-à-dire les éplucher. Retirez le pédoncule et faites une entaille dans la tomate (une croix). Plongez-la dans une eau frémissante pendant max. 10 sec. Retirez la tomate et mettez-la dans un récipient d’eau froide. Il vous suffit ainsi de retirer la peau à la main ou au couteau (pour info, nous on a pas retiré le pédoncule ni entaillé avant mais c’est juste qu’on est fainéants ;)).
  2. Faire revenir dans un peu d’huile les échalotes ou les oignons dans une grande casserole, bien profonde (pour pouvoir contenir toutes les tomates).
  3. Mettez-y vos tomates mondées et ajoutez un peu de sel. Vous pouvez aussi ajouter de l’ail et du poivre, si vous le voulez. Laissez mijoter pendant une trentaine de minutes.
  4. Mixez la préparation si vous voulez que la sauce soit très lisse ou utilisez le passe-vite si vous voulez qu’elle soit plus épaisse.
  5. Nettoyez préalablement vos bocaux et couvercles soigneusement avec de l’eau bien chaude. Faites-les sécher, retournés, sur un linge propre.
  6. Remplissez vos bocaux de la sauce tomate et refermez-les bien.
  7. Placez vos bocaux dans le four sur le lèchefrite (faites attention que les pots ne se touchent pas). Ajoutez un fond d’eau sur le lèchefrite. Faites chauffer le four à 160-170 degrés et laissez les pots dans le four pendant 20 à 30 min à partir du moment où l’eau est à ébullition. Vous entendrez normalement un “clac” qui vous confirmera que les pots se sont fermés hermétiquement.

Vous pouvez également passer cette étape et faire à la manière des confitures maison : mettre la sauce dans le pot qui aura été ébouillanté préalablement, le refermer et puis le retourner. Le laisser retourné tout le temps de la conservation.

Nous conservons nos pots dans notre cave et non à température ambiante.

Buon appetito tutti !

Quoi de neuf dans vos poubelles, docteur ?

IMG_3442Presque 8 mois que nous nous sommes lancés dans cette folle aventure du zéro déchet. Et depuis, une des questions que l’on nous pose régulièrement est “Et vos poubelles, elles vont comment ?”.

Si on considère qu’elles reçoivent moins qu’elles attendent depuis notre changement de consommation, on peut dire qu’elles se sentent un peu vides … presque une grève de la faim. D’un autre côté, moi, je trouve qu’elles ne se sont jamais aussi bien senties : légères et aérées.

Mais que recèle le contenu de notre poubelle bleue, blanche et jaune ?

Docteur, procédons à l’autopsie de nos poubelles !

Notre poubelle bleue (PMC)

On est actuellement passé au cap d’une poubelle de 30 L sortie tous les 2 mois. On y retrouve :

  • 80 % sont des tetrapak de lait : faute de trouver une solution consignée de lait bio disponible dans un périmètre acceptable pour une consommation journalière, nous continuons à utiliser ce type de produit
  • les 20 % restants sont :
    • quelques boites de conserve (coulis de tomate, pêches en sirop…) : restes d’avant notre vie zéro déchet
    • des capsules de bières, trace du passage d’amis amateurs de bières
    • un tube de pastilles effervescentes pour la récupération après le sport (Magnésium) … merci Mr Carabistouille, grrrr !
    • 3 canettes : une d’eau, une de thé et une d’Aquarius … ramenées par les filles
    • une bouteille de savon douche (en PE)
    • un sachet de compost en plastique recyclable (PET)
    • une bouteille de vinaigre blanc en plastique (PE)

Notre poubelle jaune (papier)

Alors là, je désespère … malgré tous nos efforts, celle-ci peine à maigrir. A croire qu’elle a un mauvais transit ! C’est vrai que nos filles ne sont pas pour nous aider. Elles adorent dessiner (on a de réels artistes, oui oui !). Et ça dessine, et ça dessine et ça redessine …

En maman aimante, je me devrais de TOUS les garder mais je dois bien avouer que je déborde et maintenant, je fais une sélection du top du top. Elles dessinent sur des feuilles de brouillons ramenées du boulot de Mr Carabistouille (le recto étant imprimé et le verso blanc), ça ne leur pose aucun problème.

L’école ne fait pas non plus belle figure pour nous aider ! En plus de nous envoyer les communications par e-mail, on les reçoit en double (vu qu’on a deux enfants) dans les cartables … et hop directement à la poubelle. Je ne désespère pas qu’on puisse mettre quelque chose en place avec le Directeur pour limiter cela aux factures et aux documents officiels. Action pour l’année 2016-17 !

Et puis, il y a toujours ces courriers qui arrivent dans notre boite et qu’on n’arrive pas à stopper : factures, documents de banque … « c’est obligatoire » qu’ils me disent … Pff la plaie !

Il y aussi des emballages carton, des tickets de caisse (même si je demande à chaque fois de ne pas me le donner, certains irréductibles m’obligent – ou arrivent à me convaincre – à le prendre (question de garantie ou pour tout problème)) … Va falloir sévir !!!

Et notre poubelle blanche ?

Elle continue son régime quotidien et ça lui va bien ! On y retrouve beaucoup de sachets de nourriture pour chat … (Mademoiselle Nala a le transit compliqué, c’est la seule nourriture qu’elle digère normalement … ), des restes de plastiques d’avant notre démarche zéro déchet (sacs, opercules, emballages de papier toilette, plastiques autres que recyclables …) , des restes de nourritures qui ne peuvent aller dans le compost (os, …), des petits objets/jouets cassés, etc.

Je vous avoue que je n’ai pas pris la peine de la disséquer car, comme on ne l’a plus sortie depuis le 30 mai 2016 (en progression !!!!! youpie :)), si on a le malheur d’y mettre un reste de nourriture, hé bien on se retrouve avec de moins agréables petits bébêtes rampantes … Aaaaaarghhh … Je veille donc à l’ouvrir le moins possible pour éviter de tomber en syncope 😉

Depuis ce constat, on limite au max. de mettre des restes de nourriture (même si en réalité on n’en a presque pas). On verra comment le compost se comporte :/ On va également voir si avec des feuilles de laurier noble dans le fond du sac (on a un magnifique arbre dans notre jardin, on ne peut donc pas plus local et plus zéro déchet que ça ;)) vont permettre de limiter la prolifération de ces petites bébêtes !

Je peux vous assurer que, dès la prochaine poubelle blanche, on lui fera sa fête et là, vous aurez son pedigree complet !

PS : Ce vendredi 5 août, nous avons dit « Au revoir » à notre poubelle blanche (RIP) … Record de 2 mois dépassé donc !