#Défi 3 : Bric-à-vrac !

acheter_en_vrac

Le vrac, un des modes de consommation préféré des ZWA (Zero waste addict) se répand de plus en plus. C’est en vogue comme on dirait ! Mais pourtant ça fait belle lurette que ce mode de consommation existe. Peut-être l’avait-on sorti de notre subconscient, trop aveuglés par les beaux et jolis emballages de nos amis les industriels ?

Le vrac le plus répandu est sans conteste celui se trouvant dans les rayons des fruits et des légumes. On fait donc presque tous (sauf ceux qui ne mangent pas de fruits ni de légumes…c’est possible ça ?) déjà de l’achat en vrac.

Il y a vrac et … vrac !

Pourquoi achète-t-on en vrac  me direz-vous ? Pour choisir la pomme ou le  choux-fleur que l’on veut. Pour en prendre plus ou moins que ceux pré-emballés. Ou encore pour ne plus avoir d’emballage : et CA c’est l’argument zéro déchet !

Mais alors pourquoi dis-je « il y a vrac et … vrac » ? Parce que trop souvent, pour prendre son vrac, on utilise des sachets plastiques et donc on les emballe … On en revient au même problème qu’aux produits emballés. C’est pourquoi, si on décide de faire du vrac, il faut s’équiper. Un peu de patience, j’y viens sous peu …

Le vrac, c’est pour les bobo-bio-écolos

Je vous entends déjà dire « le vrac, en dehors des fruits et des légumes, c’est pour les bobos. Ceux qui vont au magasin bio, qui mangent des graines, etc. » Les clichés ont la dent dure, il faut croire ! C’est vrai qu’on trouve plus de vrac dans les magasins bio mais aujourd’hui, beaucoup de magasins proposent également des produits en vrac … pour n’en citer qu’un, par exemple, les magasins pour animaux. Un deuxième exemple ? Les marchés, où l’on trouve des olives, des charcuteries, des fruits secs mais aussi, les boulangeries, les fromageries, les boucheries, etc. qui sont autant de lieux de vrac !

Si l’on pensent aux supermarchés, alors là, il est vrai que pour le moment à Bruxelles et en Belgique, ça tarde quelque peu à s’étendre mais ça viendra, et surtout, si le consommateur (vous donc) le demande ! Et puis il y a encore certaine incohérence : les fruits et légumes bios y sont souvent emballés (au contraire de leurs collègues non bios) et même les bananes … où va-t-on ?

De notre côté, notre famille consomme en majorité des produits bios mais ils nous arrivent aussi de privilégier  le « raisonné » (celui où on ne traite vraiment que quand c’est indispensable et avec des produits écologiques) ou le local (on sait sa provenance, on sait comment il a été produit et traité). En faisant vos achats auprès du commerçant ou de l’artisan du coin, vous pouvez discuter avec lui afin de savoir la provenance, la manière dont il s’approvisionne. Ce qui n’est pas le cas des supermarchés ! Et puis, c’est tellement plus riche socialement d’aller dans ces lieux de proximité !

Mes sacs, mes bocaux, mes boites

Le zéro déchet et le vrac demandent une certaine organisation au départ mais très vite les habitudes se créent et ça devient très simple. Vous devrez donc veiller à disposer d’un « set shopping » que vous prendrez avec vous lors de vos achats. Ceux-ci seront donc généralement « préparés », exit les achats spontanés.

Quand je vais faire mes courses, je réfléchis d’abord à ce que j’ai besoin. Sur cette base, je prend le nombre de pots, boites ou sacs que j’ai besoin et hop à moi le vrac ! A fur et à mesure que vous ferez ce type d’achats, vous saurez mieux quels contenants prendre avec vous. Pour ma part, je fonctionne avec un set de boites en plastique sans Bisphénol A, mes bocaux en verre ou des sacs en tissu que j’ai récupéré ou confectionné moi-même. Ça dépendra si je suis en voiture ou en vélo.

Et la consigne, c’est pas aussi une sorte de vrac ?

Oui, la consigne est une très bonne solution pour éviter les emballages. Je vous invite d’ailleurs à regarder la vidéo du Réseau Consigne à ce sujet. Elle permet de comprendre les avantages des consignes.

Pour nos yaourts, nos jus de fruits et parfois notre vin, nous fonctionnons avec des consignes. J’ai une armoire où je les stocke et quand je vais dans le magasin d’où elles viennent, je les ramène et j’en reprends d’autres.

Liens utiles :

 

 

8 commentaires sur « #Défi 3 : Bric-à-vrac ! »

  1. Un simple defi: arrêter d acheter de l’essui-tout sachant que tout le monde possède des essuis en coton… Idem pour les mouchoirs en tissu 😉 démarche à la portée de tous 😉

    J'aime

    1. On trouve des yaourts en consigne dans la plupart des magasins bio. J’en prends (via mon GASAP – mais aussi possible dans les magasins bios) de la ferme de Jambjoule et d’autres de la marque Sobbeke (un régal, surtout celui stracciatella).
      Certains producteurs qui font les marchés en proposent également.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s